alimentation, Détox, Naturopathie, phytothérapie

Ail des oursđŸ»

Son nom vient du fait qu’elle serait la 1Ăšre plante mangĂ©e par les ours aprĂšs leur hibernation.

Elle se rĂ©colte au printemps et dĂ©gage une forte odeur d’ail lorsqu’on froisse ses feuilles🌿.

Les feuilles peuvent ĂȘtre utilisĂ©es comme Ă©pice, sous forme de sauce, ou de salade.

En plus de ses vertus gustatives, elle possĂšde des bienfaits sur la santĂ©đŸ’«.

Ail des ours

Usage thérapeutique traditionnel

Pendant l’AntiquitĂ©, elle Ă©tait utilisĂ©e comme vermifuge, contre les morsures de vipĂšres 🐍, de chiens, et pour purifier le sang[1,2]

Elle contient des acides aminĂ©s soufrĂ©s, qui aident le foie Ă  dĂ©toxifier l’organisme.

Par ailleurs, elle serait un bon antiseptique intestinalđŸœ.

Elle empĂȘcherait la fermentation et amĂ©liorerait l’état de la flore intestinale, notamment grĂące Ă  ses propriĂ©tĂ©s antibactĂ©riennes et antifongiques [3].

Elle aiderait Ă©galement Ă  rĂ©duire la tension artĂ©rielle et agirait sur le cholestĂ©rol.

En effet, une Ă©tude effectuĂ©e sur des animaux [4] a montrĂ© que l’ail des ours serait plus efficace pour rĂ©duire la tension artĂ©rielle que l’ail cultivĂ© (qui est connue pour agir sur la tension).

🚹 PrĂ©cautions

Lors de la cueillette, il y a un risque de confusion avec d’autres plantes, mais il suffit de froisser les feuilles pour s’assurer qu’il s’agit bien d’ail des ours (odeur d’ail) et non de muguet, de colchique d’automne ou d’arum, qui sont trĂšs toxiques😬.

Contre-indication :

Elle est dĂ©conseillĂ©e aux femmes enceintes et allaitantes, ainsi qu’aux jeunes enfants.

Elle est Ă©galement dĂ©conseillĂ©e en cas d’irritation gastrique, intestinale ou urinaire.

Références :

[1]. Cavallo I., Genty-Mezei I., Genty M., Mercan A. Sanquer, S. Cueillettes de mĂ©moires – Histoires d’hommes et de plantes en Bauges et Chartreuse. Jardins du Monde Montagnes, 2012.

[2]. Dioscorides P, Osbaldeston T-A. et Wood R-P-A. De Materia Medica: Being an Herbal with Many Other Medicinal Materials Written in Greek in the First Century of the Common Era. Ibidis, 2000.

[3]. Sobolewska D, Podolak I, Makowska-Wąs J. Allium ursinum: botanical, phytochemical and pharmacological overview. Phytochem Rev. 2013;14(1):81-97.

[4]. Preuss HG, Clouatre D, Mohamadi A, et al. Wild garlic has a greater effect than regular garlic on blood pressure and blood chemistries of rats. Int Urol Nephrol. 2001;32(4):525–530.

Laisser un commentaire